14 mai 2007

ballerine

Souvent je me suis réveillée avec à la poitrine des équimauses dues à ses pointes que j'accrochais à mon ourson favori. Après avoir passé la nuit à serrer très fort contre mon corps ces objets de torture et de travail qui lui avaient jadis appartenu, je me sentais plus ballerine, le plaisir de ses chaussons s'ajoutait à la douleur dans mes jambes. Rien ne pouvait mieux sècher mes pleurs de fillette de 40 livres de trop.

Posté par AbsintheNienna à 02:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur ballerine

Nouveau commentaire